Leaderboard

Aucun choix d'articles!     Panier  
Vous êtes ici: Nouvelles 19. Septembre 2019
Recherche
Gastroplattform
Nouvelles
Recherche avancée
Dépistage / diagnostic
Traitements
Directives
Perfectionnement
Nouvelles
Recherche de documentation spécialisée
Congrès et sessions
Services et outils
Liens
Rect Top
  Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

 
Thé ou vin blanc avec la fondue?
 
Dans la légendaire édition de Noël du BMJ, l’équipe de la clinique de gastroentérologie de l’Hôpital Universitaire de Zurich a publié un article particulièrement sensible pour la Suisse. Ils ont voulu savoir si la thèse ’’Vin et schnaps améliorent la digestion après une bonne fondue’’ est correcte.

20 personnes âgées entre 23 et 58 ans ont pris part à l’étude croisée et randomisée. Avec la fondue, les participants ont soit consommé 3 dl de vin blanc (40 g d’alcool), soit du thé noir, suivi par respectivement 20 ml de schnaps (8 g d’alcool) ou de l’eau. Les objectifs de l’étude étaient la durée du transit gastro-intestinal mesurée par la concentration dans l’air expirée de l’isotope de carbone C13 ainsi que les troubles digestifs déterminés par une échelle visuelle.

 

L’estomac s’est vidé de la fondue d’une manière hautement significative plus lentement après la consommation de vin et de schnaps qu’après la prise de thé et d’eau (concentration C13 dans l’air expiré de 18.1% contre 7.4%, p<0.001). L’appétit était équivalent après la consommation de vin et de thé, mais réduit après celle additionnelle de schnaps. En ce qui concerne une dyspepsie, les auteurs n’ont relevé aucune différence entre les deux groupes.

 

Conclusion des auteurs: le transit gastro-intestinal d’une fondue au fromage est fortement ralenti si le thé ou l’eau sont remplacés par l’alcool. Ce résultat ne semble pas être accompagné d’une augmentation des troubles digestifs.

 

La vidéo de 10 minutes de cette étude publiée dans le BMJ devrait être regardée par tous les Suisses ou amateurs de fondue:

>> Lien vers l’étude


BMJ 2010;341:c6731 - Heinrich H et al

31.12.2010 - dde


 
Rect Bottom
Adserver Footer
 

Sky right 1